La pilule est difficile à avaler, une seule équipe africaine a remporté son match sur les sept matches disputés, et deux représentants éliminées après une semaine de compétition.

Trophée de la coupe du monde Creative Commons - Wikimedia (Cropped)

Un bilan alarmant

Rien ne va pour quatre sélections africaines en Russie, les rencontres se suivent et les défaites s’enchaînent : Certains perdent par manque d'envie comme l'Egypte et le Nigéria, d'autres manquaient de chance a l'image du Maroc qui devient la première équipe éliminée dans cette compétition. La même sentence irrévocable pour les pharaons, qui valident leur bon de sortie, suite à la qualification de la Russie et de l'Uruguay dans le groupe-A. Il ne resterait qu'un objectif mineur pour les coéquipiers de Mohamed Salah, celui de décrocher la première victoire historique en Coupe du Monde.

Les raison de ces deux éliminations

Quelles-peuvent donc être les raisons de ces deux éliminations précoces ? Il pourrait s'agir du niveau général de la sélection comme l'a démontré l'Egypte avec des joueurs du Zamalek et d'Al Ahly en fin de course. D'autres ont péché par l’absence du facteur chance comme le Maroc qui a dominé l'Iran et le Portugal de bout en bout, si les lions de l'Atlas avaient empoché six points sur ses deux premiers matches, il n'y aurait pas eu vol !

Le football africain en cause ?

L'argument de la faiblesse du football africain s’effrite face à la performance du Sénégal contre la Pologne, c'était une démonstration de justesse technique associée à un sens tactique de haut niveau, orchestré par Aliou Cissé qui prouve qu'il est possible de gagner en Coupe du Monde avec des entraîneurs locaux. On pourrait même accorder du crédit à Hervé Renard qui malgré l'élimination a produit du jeu et de l'envie, le sélectionneur du Maroc, faut-t-il le rappeler, a forgé toute son expérience en Afrique.